Le Bien-Être au Naturel

Les plantes et leurs actions

L’AUBÉPINE : POUR UNE ACTION SÉDATIVE SUR LE SYSTEME NERVEUX CENTRAL

L’aubépine est employée depuis l’Antiquité par les médecins Grecs ainsi qu’en médecine traditionnelle chinoise. En Europe, elle est préconisée pour traiter les troubles cardiaques, les troubles anxieux mineurs et l’insomnie qui peut en découler. La composition de l’aubépine est complexe, elle comporte de nombreux types de principes actifs dont les effets sont synergiques. Il n’existe donc pas une molécule simple qui pourrait expliquer, à elle seule, ses vertus. L’aubépine est en fait un  »cocktail » de flavonoïdes dont l’hyperoside et la vitexine, qui agissent comme régulateurs du rythme cardiaque en diminuant les palpitations et la perception exagérée des battements cardiaques chez les personnes anxieuses et nerveuses. En réduisant ces palpitations, l’aubépine a une action sédative sur le système nerveux central. La synergie de ses différents composants permet donc de lutter globalement et efficacement contre les états de nervosité, d’irritabilité et d’anxiété, et ce, sans effets secondaires indésirables (contrairement aux médicaments de synthèse)1. L’action de l’aubépine peut être renforcée par l’association avec d’autres plantes « sédatives ».

LA MÉLISSE : CALMANTE ET ANXIOLITIQUE

La mélisse est cultivée depuis toujours pour ses vertus apaisantes et ses propriétés digestives. Les organisations de santé actuelles reconnaissent l’usage de la mélisse pour « soulager la tension nerveuse, l’agitation et l’irritabilité ou dans les cas de problèmes d’endormissement liés à la nervosité ». Elle permet en effet de réguler l’influx nerveux et donc de réduire les effets du stress, de l’anxiété et de l’angoisse. Plus globalement, consommer de la mélisse détend l’ensemble de l’organisme (muscles, système nerveux, système digestif) créant ainsi une réelle sensation de bien-être. Des études ont démontré que ces propriétés sont induites par la présence de principes actifs comme les aldéhydes terpéniques. Ceux-ci ont des effets positifs reconnus sur l’état émotionnel et psychique, responsable de la plupart des problèmes d’insomnie. Une étude publiée en 2002 et portant sur des personnes atteintes de démence grave a montré qu’une huile essentielle de mélisse appliquée 2 fois par jour sur les bras et sur les tempes avait eu des effets calmants très marqués2. Des recherches ont par ailleurs porté sur l’association d’extraits de mélisse avec d’autres plantes sédatives. Celle-ci serait aussi efficace contre l’insomnie que certains somnifères de synthèse et elle améliorerait également la qualité du sommeil chez des personnes ne souffrant pas de troubles du sommeil avérés.

LA VERVEINE : POUR UN SOMMEIL RÉPARATEUR

Herbe sacrée des Gaulois, potion magique des Celtes et Romains, elle est principalement connue pour faciliter la digestion, mais est utilisée depuis des siècles pour diminuer la nervosité notamment en cas de troubles du sommeil, du stress et de l’anxiété. La verveine a de nombreuses propriétés : la présence de prostaglandines entraîne une régulation de la dilatation des vaisseaux et l’agrégation des plaquettes, et lui confère une action semblable à celle de l’aspirine. On lui attribue aussi un effet antitussif et antispasmodique. Le principe actif majeur de la verveine est la verbénaline iridoïde : celle-ci est anti-inflammatoire, hépatoprotectrice et surtout parasympathomimétique*. Associée à la camomille et au tilleul, elle est même indiquée pour traiter la dépression, l’apathie ou la neurasthénie. * substance qui produit les mêmes effets que le système nerveux parasympathique.

L’ESCHSCHOLZIA : SÉDATIF ET HYPNOTIQUE

Plus connu sous le nom de pavot de Californie, l’eschscholzia est un sédatif et un anxiolytique naturel. Cet hypnotique calme les adultes et les enfants, facilitant ainsi l’endormissement, et diminuant les réveils nocturnes et les cauchemars. Plus généralement, il améliore les troubles psychiques en normalisant les fonctions psychologiques. Il combat la nervosité, le stress, les anxiétés légères à l’origine de palpitations ou de sensations d’oppression, sans créer d’accoutumance. Il doit en majeure partie ses vertus aux plusieurs groupes d’alcaloïdes qu’il contient. L’Eschscholtzia californica a fait l’objet de nombreuses études, notamment en France par l’équipe du laboratoire de Pharmacognosie de l’université de Metz (Rolland A, Fleurentin J, Mortier F et leurs collègues)3 . Ils ont démontré que l’extrait aqueux ou hydroalcoolique du pavot de Californie est, chez la souris, anxiolytique à faible dose avec un effet désinhibiteur, sédatif à plus forte dose et a un effet analogue à un tranquillisant mineur du type benzodiazépine. D’après ces différentes études et thèses, les alcaloïdes de l’eschscholtzia ne sont pas les seuls responsables de l’activité psychotrope sédative ou anxiolytique de la plante. Chez l’homme, les essais cliniques confirment en général le pouvoir sédatif, légèrement hypnotique et anxiolytique des extraits aqueux ou hydroalcooliques du pavot de Californie. Ils sembleraient aussi légèrement analgésiques.

LA MATRICAIRE (ou camomille allemande) : RELAXANTE ET SÉDATIVE

La matricaire ou camomille allemande ne doit pas être confondue avec la camomille romaine (pourtant la plus couramment utilisée en France) même si elles possèdent sensiblement les mêmes propriétés. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaît l’usage médicinal de la matricaire pour traiter la dyspepsie (notamment les spasmes et les inflammations du tube digestif), mais également pour soulager l’agitation nerveuse et les risques d’insomnie qu’elle provoque :
  • Par sa concentration en mucilages qui apaisent les irritations des muqueuses gastriques et lui confère une réelle efficacité contre les troubles digestifs ainsi que les règles douloureuses. On dit d’ailleurs que la matricaire est la plante des troubles féminins. Elle sert également à soulager les névralgies faciales.
  • Par la présence de flavonoïdes comme l’apigenine, qui provoquent des effets calmants sur l’agitation nerveuse et les symptômes dépressifs (comme l’insomnie). Une étude réalisée par l’University Science Center de Pennsylvanie4 a indiqué qu’« administrer » un extrait standardisé de camomille contenant 1,2% d’apigenine à des patients souffrant de troubles d’anxiété avérés permettait une diminution significative des symptômes, par rapport aux patients sous placebo.
La douceur de son action permet son utilisation pour les enfants, même les nourrissons puisque la camomille est préconisée dans le soulagement des coliques des premiers mois.

 TILLEUL : ANTI FATIGUE « NERVEUSE »

L’usage le plus connu en France est bien entendu de le boire en infusion avant de se coucher. En effet, le tilleul a, de tout temps, été utilisé pour se calmer et aider à l’endormissement. Plus généralement, cette plante influe sur l’équilibre nerveux par ses vertus antispasmodiques, calmantes et sédatives. Elle est principalement constituée de flavonoïdes et d’un principe actif, le farnésol, à l’origine d’une grande part de ses propriétés. En effet, ce composé se lie aux récepteurs des benzodiazépines présents dans le cerveau, les mêmes récepteurs que visent les médicaments ou les substances anxiolytiques, effets secondaires et accoutumance en moins ! L’effet relaxant du tilleul s’observe aussi sur le système digestif, c’est pourquoi il peut être très utile pour calmer les crampes intestinales. Par ailleurs, l’aubier (une partie de l’écorce) du tilleul est recommandé pour améliorer la santé du foie, diminuer le risque de calculs biliaires et les ballonnements. Plus récemment, des études ont démontré que le tilleul augmente la résistance non spécifique de l’organisme, ce qui en fait un excellent remède contre la grippe et le rhume.    

Rétrolien depuis votre site.